L'actualité gourmande

Richard Chaville, ce cuisinier devenu enseignant d’exception

Spread the love

Merci à Micheline Mounsamy pour ces textes supplémentaires qui viennent compléter l’hommage rendu à Richard Chaville dans le numéro 4 de Foodîles, le magazine totalement #FOOD (p. 18-20).

 

Richard Chaville-min
Richard Chaville, cuisinier, enseignant, auteur mais aussi bailli délégué de la Confrérie de la Chaîne des Rôtisseurs

Centre de formation de Saint-François

Retraité, « le Chef » est sollicité par Martine ESPOSITO, directrice du centre de formation, de Saint-François. Il devient alors formateur occasionnel et accompagnera en même temps, deux chefs qui deviendront eux aussi des formateurs.

En 2016, il met en place avec Pôle Emploi et MPJ Conseil, le diplôme de « Valorisation du patrimoine culinaire Guadeloupéen ». Les jeunes, heureux participants à cette formation, reçoivent leur diplôme dans les locaux de Pôle Emploi à Saint-François.

 « Les produits du terroir – Légumes oubliés ou méconnus » en lumière dans le cadre de la Semaine du goût 

Le bailliage de Guadeloupe, soucieux de la consommation des produits du terroir par les enfants, organisent Les journées du goût dans les écoles, depuis 2011. Après avoir travaillé le manioc l’an dernier, cette année 2019, un gros plan sera fait sur le malanga.

Bien malgré les réflexions de la Commission, le vœu du bailli Richar Chaville était de présenter une pointe de piment aux jeunes. Le piment, dit-il, était  autrefois, un ingrédient de base de la cuisine créole. Il a disparu de nos tables avec le développement du tourisme. « En Inde, avait-il fait remarquer, en souriant, c’est le convive qui s’adapte à l’agneau vindaloo et pas l’agneau vindaloo au convive ! ».

 Un homme bon et généreux

A l’écoute de ses élèves, de ses collègues, toujours prêt à conseiller un ami, un parent, un inconnu, le grand commandeur de la Confrérie de la Chaine des Rôtisseurs, Richard Chaville était un homme bon et généreux. Il savait écouter sans dire un mot, son estomac était un coffre-fort.

Dans leur salle à manger personnel, Richard Chaville et son épouse ont reçu Georges Marchais, Roger Bambuck. Ils ont eu pour convives au Restaurant le Baboucha, au Golf de Saint-François, Lionel Jospin, Guy Dru, l’ambassadeur de l’Inde en Guadeloupe (2004), etc.

Premiers traiteurs de la commune de Saint-François, ils ont été les fournisseurs officiels des fêtes organisées sur le territoire. Hygiène, produits frais, générosité, présentation des plats, qualité du service étaient leurs atouts majeurs.

Grands voyageurs, Didi et Richard ont fait quasiment le tour du monde : en croisière sur le Nil, en ashram en Inde, en balade au Mexique, au Canada, au Maroc, au Venezuela, dans les cinq Emirats Arabes Unis.Ils ont fait découvrir à leur famille, Saint-Martin que le chef présentait en ces termes : péyi an mwen !

A la fin de sa carrière, il a reçu un diplôme rare dans notre quotidien, couronnement de son engagement, de son sérieux et de sa passion. Selon son épouse, il l’a rangé humblement. Lassée d’attendre, elle a fini par inviter ses proches à fêter cela. Assis au coin de sa table, sous sa véranda, égal à lui même, là où il a préparé tant de leçons, revisité tant de recettes, rédigé tant de projets, reçu tant de visiteurs, là où il a donné tant de conseils, il a levé son verre : Monsieur Chaville Richard Jean a reçu le diplôme de docteur en cuisine par l’académie de Guadeloupe !

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :