Quand l’agriculture se fait raisonnable… rencontre avec un agriculteur de Petit-Canal en Guadeloupe

ARTICLE EXTRAIT DU MAGAZINE FOODILES #1: Quand nous avions confié au fondateur du Pan’yé du Maraîcher que nous souhaiterions rencontrer un agriculteur, nous ne pensions pas en découvrir tant en une demi-journée. Baskets aux pieds nous voilà fin prêts à suivre Michel Plumasseau sur ses terres à Petit-Canal.

Agriculture magazine Foodiles« Nos aînés ne consommaient pas beaucoup de viande. Celle-ci était réservée aux dimanches et aux jours fériés. Ils consommaient beaucoup de pois qu’ils cultivaient, stockaient et consommaient tout au long de l’année. » Michel Plumasseau a donc fait le choix de miser sur leurs cultures. Nous observons encore à l’état de jeunes pousses différents pois : d’angole, pois kann, pois savon qui sont prêts à être semés sur son terrain. D’autres sont déjà prêts à être récoltés pour Noël.

Agriculture magazine Foodiles

Michel Plumasseau est aussi un fin gourmet. Il cuisine tout ce qu’il tire de son jardin. L’un de ses plats fétiches est le riz et pois savon avec du lait de coco. Naturel, évidemment. Son igname, son manioc, il les aime à gros sel, dans une soupe, en brandade ou « avè luil é mori ».

Son exploitation s’étendant sur plusieurs hectares, nous découvrons peu à peu : ignames pakalas, pikyangas, bananes plantains, choux, mais, concombres créoles, gingembre, curcuma, salades batavia ou feuille de chêne, ti concombres, citrons qui cohabitent harmonieusement. D’ailleurs, pour diminuer l’utilisation de pesticides, il n’hésite pas à associer certaines plantes. La coriandre qui attire les pucerons est souvent en lisière de ses parcelles.

_w5a2622

Un agriculteur connecté

 Michel Plumasseau aime à aller se documenter sur Internet pour connaître les vertus de ce qu’il cultive. Il nous confie : « nous passons à côté de notre vie en Guadeloupe, que nous le voulions ou pas. Tout se trouve dans l’alimentation. Notre comportement, notre métabolisme de la naissance à la mort n’a qu’une base : l’agriculture. (…)  Sagesse, violence, viennent de ce que nous consommons ».

 Une consommation trop « saisonnière »

 L’agriculteur déplore la saisonnalité de la consommation tel que le malanga réservé à Pâques alors qu’il est disponible toute l’année : « nous pouvons faire énormément en Guadeloupe mais le coût de production est élevé (notamment les charges) et il faut que la consommation suive ».

Agriculture magazine Foodiles

Enfin, concernant l’utilisation d’engrais, Michel Plumasseau répond qu’il pratique une agriculture raisonnée dont le seul conservateur est l’amour.

Jessica Brudey

Crédit photos : Philippe HURGON

Le premier numéro du magazine Foodîles est à lire en ligne ici.

A propos Foodiles 106 Articles
Foodîles est un média gourmand qui a pour ambition de mettre en avant les talents culinaires de nos Iles de Guadeloupe : restaurants, chefs, agro-transformateurs sont autant de talents au service de la promotion de notre territoire.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.