L'actualité gourmande

5 bonnes raisons de participer à la campagne de financement participatif de Nuriyo Food

Spread the love

Vous vous imaginiez pouvoir commander ou préparer chez vous des pâtes alimentaires de patates douces & pois d’angole ? Imaginez ensuite un peu comme cela doit envoyer au palais  😍 !

C’est parce que le projet nous a fait saliver que nous avons décidé de participer au projet  NURIYO FOOD et on vous donne 5 raisons de faire comme nous  !

 

1/ Il est porté par des entrepreneurs locaux

NURIYO est la première marque de pâtes alimentaires de racines et légumineuses tropicales bio, éco-responsable et équitable.

Un objectif :Valoriser les terroirs tropicaux en imaginant des solutions en accord avec les jardins créoles. 

Le projet est porté par Emilie GALBAS et Terence PIERROT deux Guadeloupéens de 29 ans.

Emilie Galbas -
Emilie Galbas – Crédit John Blow

 

 

Emilie GALBAS s’est spécialisée dans l’hôtellerie et la restauration à travers une formation à Bordeaux suivi d’un CAP Cuisine. Elle est manager d’un restaurant anti-gaspillage dans le 9e arrondissement de Paris. Enfin, elle crée des recettes créoles véganes qu’elle vend ou diffuse sur Youtube et Instagram sous le nom de « Les Chichis d’Émilie« .

Découvrez son monde en cliquant  ICI 

 

 

 

 

82464885_1050599455289611_1462004011405148160_n

 

Terence  PIERROT est un créatif qui travaille principalement dans le web et l’événementiel. Après un bac scientifique, il s’oriente vers la classe préparatoire de la CCI de Pointe-à-Pitre et est reçu à l’ISC Paris qu’il quittera avec en poche, un Master 2 en E-Business et Management de l’innovation.

 

 

 

On ❤️ que des antillais/ caribéens sortent de leurs zones de confort et se disent : « Et pourquoi pas nous? »

2/ Parce que le projet est porteur et peut rayonner à l’international

Le saviez-vous ?

500 000 tonnes de pâtes alimentaires sont consommées en France.  En Guadeloupe aussi, on a un faible pour les tortis, spaghettis et autres coquillettes…

S’il est vrai que nous les consommons beaucoup simplement au blé dur, elles peuvent être déclinées d’autres façons. D’ailleurs en atelier culinaire, nous avions fait des tagliatelles à la banane jaune !

Vous imaginez bien qu’avec un bon accompagnement, des rencontres pertinentes et de l’audace, ce projet pourra plaire bien au-delà de nos océans !

Les premiers produits seront : Fusillis de patates douces & pois d’angole, macaronis de maniocs, ignames et bananes vertes, macaronis de patates douces et bananes vertes. Miam ! Toute une histoire !

On ❤️ que des antillais/ caribéens fassent parler de nous de façon positive.

3/ Parce qu’ils parlent aussi de la planète et on choisi d’intégrer l’Afrique

On n’oublie pas que : Nous n’héritons pas de la terre de nos parents, nous l’empruntons à nos enfants »…. 🌍

C’est vrai qu’il est plutôt tendance de parler de la planète mais c’est aussi un thème d’actualité. Ne nous voilons pas la face, si nous devons laisser aux autres qui viennent après nous la chance de se baigner dans nos magnifiques rivières, de monter au sommet de la Soufrière ou d’admirer un coucher de soleil à Deshaies, c’est aujourd’hui qu’il faut faire le job !

Cela tombe bien, Nuriyo le fait, le job !

La petite histoire :

 » En tant que Guadeloupéens descendants d’africains déportés dans l’Arc des Antilles, impliquer le continent africain dans notre projet a beaucoup de sens. Dans un premier temps nous avons initié l’installation d’un complexe éco-agricole au Togo. C’est par hasard que nous avons pu découvrir Lomé et Kpalimé, grâce à un ami qui nous a invité chez lui ! Nous avons rapidement vu la richesse et les besoins urgents du pays, un défi qui semblait en accord avec nos ambitions. Il était donc possible grâce à l’abondance d’agriculture biologique de la région de créer un produit en y attachant nos valeurs : produire de manière équitable et éco-responsable. En effet, nous souhaitons alimenter notre zone de production exclusivement en énergies propres, nous travaillons également pour remplacer certaines phases de la chaine de production en bénéficiant directement de la chaleur et de l’énergie du soleil. Cela nous permettrait non seulement de réduire notre impact environnemental mais également de distribuer de l’énergie aux foyers voisins. Car Nuriyo a une véritable vocation sociale, nous allons nous impliquer dans la parité, la création d’emploi et de valeur pour les zones tropicales.

Pour produire intelligemment, nous nous inspirons de la ferme Songhai au Bénin, un pionnier de l’économie circulaire créé par un caribéen, ainsi que des « Masseria » italiennes, domaines typiques dédiés à l’agro-tourisme et à l’agriculture biologique. C’est en voyageant à Bari au sud de l’Italie pour un mariage que nous découvrons ces domaines. Comme une évidence, la beauté des lieux et la flexibilité de ces fermes a complété notre vision. Nuriyo se voit dès lors un projet commercial certes mais avec un véritable enjeu social et environnemental : une marque éco-responsable et équitable. Nous désirons rapidement mettre en place une production sur notre île pour favoriser le circuit court et l’agriculture locale. C’est la mission que nous nous donnons.

 

4/ La communication est  harmonieuse et belle

On peut dire que l’équipe s’est bien trouvée ! Chapeau bas pour l’harmonie des réseaux sociaux, la pertinence des visuels et le storytelling. Cela nous laisse croire à un certain sérieux de l’équipe.

82048028_128425625303116_2836694941160177664_o.png

5/ Les contreparties sont intéressantes

De 10 à 2 000 euros, vous avez les moyens de faire un geste. Outre la fierté d’avoir participé à un beau projet, vous aurez selon la hauteur de votre don la possibilité d’avoir des paquets de pâtes, e-books, tee-shirts, abonnements, etc.

Bon, la seule mauvaise nouvelle mais ça vous le savez déjà ! Le temps file comme les voitures. Alors, allez-y vite ! La campagne sur Tudigo se termine le 30 janvier ! Pa domi !

Ils ont dit :

Aujourd’hui, après avoir dévoilé au public notre projet, nous sommes plutôt confiants vis-à-vis de l’accueil de nos créations sur le marché.

À 15 jours de la fin de la campagne de financement participatif, nous avons dépassé notre objectif 1er, celui qui nous permettait de ne pas perdre l’ensemble de la cagnotte et de nous qualifier à l’Appel à projet « Mieux Manger » de Tudigo et Biocoop.

Le soutien de la communauté a assuré notre place parmi les sélectionnés pour peut-être gagner un accompagnement et un référencement dans 200 magasins Biocoop.

Les résultats seront annoncés le 24 Février. Nous continuons la campagne en visant l’objectif suivant qui est de 15 000€. Il couvrira les dépenses liées à la R&D des recettes et les premiers échantillons. C’est le palier essentiel qui fera basculer Nuriyo concrètement dans la réalité.

Nuriyo Food

Allez ! un clic, une carte bleue et B O U M on donne les moyens à des entrepreneurs de chez nous d’avancer et de briller dans le monde. Et puis à ceux qui pensent : « Et si cela ne fonctionne pas? » on répond : « Et si cela fonctionne? ».

Je fais un don !


 

82534994_2491987191068919_8970073566024302592_n

Page Facebook : @nuriyofood

Compte Instagram : @nuriyofood 


 

Foodîles est un média gourmand qui a pour ambition de mettre en avant les talents culinaires de nos Iles de Guadeloupe : restaurants, chefs, agro-transformateurs sont autant de talents au service de la promotion de notre territoire.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :